Arnaque au support technique, n'appelez plus !

Arnaque au support technique, n'appelez plus !

Depuis plus de trois ans, nous recevons tous les mois des appels concernant ce genre d'arnaque.

Caché dans une pub déguisée, le message vous informe que votre ordinateur rencontre des problèmes et que votre vie privée et vos comptes bancaires courent un risque important. Vous devez immédiatement appeler le numéro de téléphone affiché pour résoudre le problème ... Le but premier de cette arnaque est de vous soutirer de l'argent après une prise en main à distance de votre ordinateur. À l'aide de logiciels frelatés, on vous annonce que votre ordinateur a besoin d'être nettoyé et sécurisé ... À la fin de l'intervention, vous devrez une somme rondelette de 100 à 250 euros pour du vent ... Voici ce qu'en dit le site cybermalveillance.gouv.fr :


Cette forme particulière d’escroquerie (appelée tech support scam en anglais) consiste à effrayer la victime afin de la pousser à contacter un prétendu support technique officiel ou son soi-disant sous-traitant (Microsoft, Apple, Google…) pour ensuite la convaincre de payer un pseudo dépannage informatique et/ou à acheter des logiciels inutiles, voire nuisibles.

La victime peut être contactée par SMS, téléphone, courriel (email en anglais), messagerie instantanée (chat en anglais), ou voir apparaître un message sur l’écran de son équipement (ordinateur, tablette, smartphone) qui lui signale un problème grave (panne, virus, licence logiciel expirée…) et qui lui demande de rappeler un numéro de support technique d’apparence officielle, sous peine de perdre toutes ses données ou de ne plus pouvoir utiliser son matériel. Parfois, l’équipement de la victime peut sembler complètement bloqué et même l’être réellement dans des cas plus rares.

Cette fiche réflexe est destinée à toutes les catégories de publics. Elle présente ce type d’attaque informatique, les principales mesures à prendre pour s’en protéger, les actions à entreprendre lorsque l’on en est victime, ainsi que les infractions et sanctions pénales auxquelles s’exposent ceux qui les utilisent.